[TEAM] À la rencontre de Laurent, country manager Suisse

[TEAM] À la rencontre de Laurent, country manager Suisse

A la conquête de l’Europe ! Après le Canada, l’Espagne et l’Angleterre, Weezevent vient d’ouvrir un bureau à Lausanne en Suisse.

Rencontrez Laurent qui développe toutes nos solutions et accom­pagne les organi­sa­teurs suisses :

 

Salut Laurent, peux-tu te présenter ? Quel est ton parcours ?

Salut ! Alors je suis Country Manager Suisse pour Weezevent. Avant je dirigeais une agence de conseil et d’organisation d’événements musicaux (blacKList Agency).

J’ai toujours travaillé dans les milieux culturels locaux et inter­na­tionaux que ce soit des clubs ou festivals. Et pendant 10 ans, je faisais parti d’une agence où j’étais manager d’artistes tels que Erik Truffaz, The Young Gods ou Sophie Hunger.

Comment as-tu connu Weezevent ?

Je n’imaginais pas rejoindre Weezevent, je connaissais la société parce que lorsque que je travaillais chez Two Gentlemen, on avait réfléchi à créer notre propre billet­terie pour les artistes que nous gérions. On souhaitait faire de l’autodistribution pour plusieurs raisons : cela leur permettait de récolter les recettes sans attendre la fin de leurs concerts, de ne plus avoir d’intermédiaire, d’avoir une vue globale et garder la maîtrise…
On a donc regardé ce qui se faisait en Suisse et en Europe, on voulait imposer ce système pour les tournées de nos artistes inter­na­tionaux et proposer en parallèle du cross-selling.

Weezevent proposait tout ça, en marque blanche, donc j’étais curieux. J’en ai parlé autour de moi à des contacts qui utili­saient déjà ces solutions de vente de billets.

Et puis début 2018, par hasard, j’ai vu que l’on recher­chait quelqu’un avec une expérience dans l’événementiel pour se développer en Suisse.
Tout de suite j’ai été intéressé, j’avais envie de relever le challenge ! J’ai ensuite rencontré Pierre-Henri et Sébastien et puis la suite tu la connais !

Comment se déroulent tes premières semaines ?
Comment décrirais-tu le marché suisse ?

Je passe pas mal de temps au téléphone et en rendez-vous. Ce que je remarque c’est que le marché de la billet­terie est de plus en plus canni­balisé en Suisse. On a de gros acteurs, de nouveaux arrivants, des parte­na­riats histo­riques.

Le challenge est de bien cibler les événe­ments pour entrer sur le secteur. Ma priorité en ce moment, c’est les festivals parce que c’est la dernière ligne droite avant l’été. En travaillant avec des petits festivals avec un fort potentiel de dévelop­pement, je cherche de belles oppor­tu­nités pour déployer nos solutions de billet­terie. Ensuite je viserai plus large comme les associa­tions sportives, les clubs de sport, foot, hockey pour la saison 2018 – 2019.

Concernant le cashless ce n’est pas du tout ou très peu utilisé par les suisses. Il y a comme une sorte de crainte de la monnaie dématé­ria­lisée car ce n’est pas dans les moeurs ou les compor­te­ments de consom­mation. Au contraire, on a plutôt l’habitude d’avoir du cash sur soi, même la carte bancaire n’est pas totalement développée mais ça tend à évoluer tout même. Donc le travail commence sur les menta­lités : proposer une nouvelle expérience aux parti­ci­pants et festi­va­liers, présenter les avantages aux organi­sa­teurs, l’intégration de la solution, …

Il y a déjà eu des essais de solutions cashless sur des événements en Suisse ?

Il y a eu quelques tenta­tives et des mauvaises expériences pour certains, mais ça ne m’inquiète pas ! Quand j’en parle autour de moi les organi­sa­teurs d’événements sont partants pour réessayer avec une nouvelle solution. Ils voient vraiment les avantages du paiement cashless.

Est-ce que tu notes une différence entre Suisse allemande et Suisse romande ?

Non pas vraiment, mon réseau est plus important côté français donc je me concentre là-dessus pour le début. La Suisse allemande est peut-être encore moins sensi­bi­lisée aux systèmes de paiement cashless, donc il va falloir encore plus les convaincre 😉

Quelle différence apporte Weezevent aux organisateurs suisses ?

La plupart des solutions en Suisse c’est rarement en solution SaaS, ce sont toujours des sociétés de billet­terie et peu en marque blanche, c’est un des principaux avantages. Ensuite c’est toute la solution CRM qui va être mise en avant dans l’année, ceci est très intéressant pour les festivals. Et puis les invita­tions, le contrôle d’accès et le système cashless !
La valeur ajoutée de Weezevent c’est cette offre 360° pour les organi­sa­teurs d’événements, ce n’est pas juste de la simple billet­terie en ligne.

Partager cet article