Comment organiser un atelier DIY avec succès ?

Comment organiser un atelier DIY avec succès ?

Ces der­nières années, un nou­veau type d’événement connaît un grand suc­cès, les ate­liers DIY (Do It Your­self » ou « Faites-le vous même »).

Por­tés par les réseaux sociaux qui voient fleu­rir les comptes de tuto­riels DIY appre­nant à tri­co­ter son écharpe, à refaire la déco­ra­tion de son salon ou encore à créer ses propres bou­gies ou bijoux… ; les ate­liers DIY se mul­ti­plient.
Concrè­te­ment, la ten­dance DIY, c’est l’art de bri­co­ler, de recy­cler, de faire soi-même les objets du quo­ti­dien. Plus qu’une acti­vi­té c’est donc aus­si un mode de vie. Ate­lier cou­ture, bri­co­lage, per­son­na­li­sa­tion de vête­ment, fabri­ca­tion de cos­mé­tiques… il y en a pour tous les goûts !

Comment se présente un atelier DIY ?

Il existe trois types d’ateliers : chez le créa­teur, chez les par­ti­ci­pants ou en par­te­na­riat avec des maga­sins ou des entre­prises. A vous de défi­nir le vôtre selon vos pré­fé­rences.

Vos ate­liers pour­ront atti­rer aus­si bien des par­ti­cu­liers que des comi­tés d’entreprises, des agences évé­ne­men­tielles. Selon les types de clients, la forme, la durée et la récur­rence, les ate­liers seront dif­fé­rents.
Orga­ni­sés en petits groupes (de 4 à 15 per­sonnes, en fonc­tion de la durée de votre ate­lier et de sa récur­rence) ces ate­liers sont l’occasion d’un véri­table échange de conseils pour les acti­vi­tés du quo­ti­dien. Une par­tie théo­rique pré­cède géné­ra­le­ment la pra­tique au sujet des maté­riaux, des tech­niques uti­li­sées, des usages pos­sibles des outils et de l’objet en ques­tion. Les “élèves” peuvent (le plus sou­vent) repar­tir de l’atelier, leur réa­li­sa­tion à la main.

&nbsp

Comment organiser un atelier DIY ?

Les ate­liers DIY sont l’occasion par­faite des créa­teurs et créa­trices et de pas­sion­nés, pour mettre en avant les pro­duits de leurs bou­tiques, arron­dir leurs fins de mois, par­ta­ger une pas­sion, des moments convi­viaux avec des par­ti­ci­pants curieux. Autant de rai­sons qui pour­raient donc vous pous­ser à orga­ni­ser vos propres ate­liers.

1/ Choix du lieu

Avant tout, il est pri­mor­dial de trou­ver un lieu adap­té au nombre d’élèves que vous sou­hai­tez accueillir, à la durée de votre ate­lier et au maté­riel néces­saire à sa réa­li­sa­tion. Vous ne dis­po­se­rez pas des mêmes pos­si­bi­li­tés logis­tiques si vous orga­ni­sez pour un créa­teur ou à votre compte, pour une col­lec­ti­vi­té ou pour une entre­prise.

Vous pour­riez déci­der d’organiser vos ate­liers chez vous, dans ce cas vous devrez contrac­ter une assu­rance pro­fes­sion­nelle. Cette solu­tion a l’avantage de vous évi­ter le dépla­ce­ment du maté­riel. Néan­moins, elle néces­site de dis­po­ser d’un grand espace à consa­crer à cette acti­vi­té.

D’autres ani­ma­teurs et ani­ma­trices d’ateliers pré­fèrent orga­ni­ser leurs ate­liers dans leur bou­tique ou de celle d’un proche. Tout le maté­riel est déjà sur place, c’est l’occasion de mettre en avant ses créa­tions et d’inspirer vos par­ti­ci­pants en les fai­sant entrer et prendre part à l’univers de la bou­tique. Et pour­quoi pas, vendre en paral­lèle.

Si vous ne dis­po­sez ni de l’un ni de l’autre, contac­tez l’office de tou­risme du coin ou votre mai­rie, beau­coup de locaux publics dis­posent d’espaces pré­vus pour ce type d’activité. Soyez tou­te­fois cer­tains que vous pour­rez y ins­tal­ler tout le maté­riel néces­saire et que les horaires ne seront pas trop contrai­gnants.

Vous pour­riez enfin déci­der d’organiser des ate­liers chez des par­ti­cu­liers, dans des lieux de vie (cowor­king, café/restaurant, …) ou dans des entre­prises. Cer­taines direc­tions RH et cer­tains comi­tés d’entreprise mettent ce type d’activité à dis­po­si­tion de leurs sala­riés pour des moments de team­buil­ding ou des clients et pros­pects. Cette solu­tion vous évite d’avoir à louer un lieu, mais il peut être plus com­pli­qué de pré­voir et d’organiser l’espace selon vos besoins maté­riels.

2/ Les questions à se poser pour organiser son atelier

Une fois le lieu choi­si, il faut se poser un cer­tain nombre de ques­tions préa­lables à l’organisation de tout ate­lier.

  • Quel est votre public cible ? Adultes ou enfants, entre­prises ou par­ti­cu­liers. Selon la cible vous ne com­mu­ni­que­rez pas de la même manière sur vos ate­liers, le conte­nu de la for­ma­tion et son prix peuvent être dif­fé­rents. Pour déci­der du prix, ana­ly­sez ce qui se fait autour de vous, optez pour un tarif unique par ate­lier qui prenne en compte les besoins maté­riels, l’assurance et la valeur de votre pres­ta­tion.
  • Com­bien de per­sonnes pour­rez-vous accueillir ? La réponse à cette ques­tion est un arbi­trage entre confort et ren­ta­bi­li­té. Selon le maté­riel néces­saire, vos éven­tuels dépla­ce­ments, la réser­va­tion d’un lieu… Vous aurez besoin d’un mini­mum de par­ti­ci­pants. Tou­te­fois, gar­dez en tête l’environnement convi­vial sou­hai­té, la pos­si­bi­li­té d’échanger et de lais­ser le temps aux par­ti­ci­pants de réa­li­ser leur pro­jets pour une meilleure expé­rience.
  • De quel maté­riel, espace, avez-vous besoin ? Eta­blis­sez un bud­get fixe (vos équi­pe­ments, vos outils) et variable (maté­riel non réuti­li­sable à dis­po­si­tion de chaque élève), ce der­nier vous aide­ra à fixer vos tarifs.
  • Quand se dérou­le­ront vos ate­liers ? Si votre cible est active, vous devrez opter pour des ate­liers en fin de jour­née, début de soi­rée. Pour un public jeune, pri­vi­lé­giez les week-ends et mer­cre­di ou les vacances. Si vous tra­vaillez pour des entre­prises vous devrez vous adap­ter à leur emploi du temps.

3/ Faire un planning pour son atelier

Pla­ni­fiez bien à l’avance vos dif­fé­rents ate­liers et leurs pro­grammes.
Votre ate­lier doit être pré­pa­ré comme un cours. Décou­pez-le en plu­sieurs par­ties :

  • une par­tie intro­dui­sant les tech­niques uti­li­sées (petite his­toire et ori­gines, des­crip­tion des maté­riaux et outils, pré­sen­ta­tion des tech­niques et usages…),
  • une par­tie de question/réponse et d’échange,
  • la par­tie pra­tique de fabri­ca­tion de l’objet et enfin un retour d’expérience (pro­fi­tez par exemple de la cuis­son de l’objet pour échan­ger autour d’un verre sur les dif­fi­cul­tés ren­con­trées, les avis de cha­cun sur le dérou­le­ment du cours etc.)

Un ate­lier doit être dédié à un seul objet pour éco­no­mi­ser le maté­riel néces­saire et l’attention des par­ti­ci­pants. La pré­pa­ra­tion en amont est indis­pen­sable pour que l’atelier se déroule cor­rec­te­ment. Pen­sez à orga­ni­ser un pre­mier “ate­lier test”. Gar­dez en tête que cer­tains par­ti­ci­pants ont besoin d’un accom­pa­gne­ment plus per­son­na­li­sé, de poser beau­coup de ques­tions, pré­voyez donc une marge dans votre plan­ning.

Il est conseillé de four­nir un sup­port visuel fait d’images, avec des résu­més en bul­let point de chaque étape de la confec­tion, sur lequel les par­ti­ci­pants peuvent prendre des notes à rap­por­ter chez soi. Aus­si, pour rendre l’expérience aus­si utile qu’agréable, vous pou­vez appor­ter de la nour­ri­ture et des bois­sons.

Comment attirer des participants à son atelier DIY ?

Il est conseillé aux créa­teurs et créa­trices de tenir un blog ou un site web sur lequel par­ta­ger leurs créa­tions, méthodes et acti­vi­tés. Accom­pa­gner son blog d’une pré­sence régu­lière sur les réseaux sociaux est une manière d’augmenter lar­ge­ment votre visi­bi­li­té.
Si vous avez une page Face­book (on vous le conseille for­te­ment), créez des évé­ne­ments pour chaque ses­sion. Ces canaux de com­mu­ni­ca­tion vous per­met­tront d’intégrer un sys­tème de billet­te­rie et donc de faire du lien entre votre acti­vi­té de créateur/trice et vos ate­liers.

Pour tou­cher plus de poten­tiels clients, ins­cri­vez-vous dans l’office de tou­risme de votre région et contac­tez votre mai­rie. Vous pou­vez aus­si créer des flyers avec les infor­ma­tions pra­tiques de votre ate­lier. Choi­sis­sez des cou­leurs, des images en accord avec votre uni­vers. Selon les cibles que vous sou­hai­tez atteindre, dis­tri­buez-les ensuite dans les com­merces à proxi­mi­té de votre ate­lier, dans les gar­de­ries, les écoles, les maga­sins de bri­co­lage… selon vos cibles.

La presse locale peut aus­si vous ser­vir de relai. Faites un com­mu­ni­qué racon­tant l’identité, l’objectif et la par­ti­cu­la­ri­té de votre ate­lier. Pré­sen­tez vous et vos créa­tions. Accom­pa­gnez-le de pho­tos, si pos­sible d’une vidéo… ren­dez-le le plus attrac­tif pos­sible, vous pour­riez obte­nir une petite inter­view !

Pour fidé­li­ser vos par­ti­ci­pants, pen­sez à leur faire rem­plir un for­mu­laire au moment de l’inscription qui vous per­met­tra de récu­pé­rer l’adresse mail de ceux-ci et ain­si de com­mu­ni­quer sur les futurs ate­liers que vous pré­voyez d’organiser ou à trans­mettre les sup­ports uti­li­sés pen­dant l’atelier.

Partager cet article