Les Français & la reprise des activités de divertissement

Recevez gratuitement la grande étude Weezevent / IFOP sur les Français et la reprise des activités de divertissement événementiel post-confinement.

Recevoir l'étude

Dix secteurs du divertissement événementiel passés à la loupe

Dans cette enquête inédite réal­isée en parte­nar­i­at avec l’IFOP, retrou­vez tous les chiffres de 10 secteurs du diver­tisse­ment événe­men­tiel : fes­ti­vals, con­certs, night clubs, sports pra­ti­quants et spec­ta­teurs, salons, foires, con­ven­tions, mais aus­si ciné­mas et parcs à thème…

Décou­vrez le sen­ti­ment de manque et d’inquiétude sur votre secteur, les per­spec­tives de reprise par tranche d’âge, par CSP, par zone géo­graphique. Décou­vrez aus­si les attentes du pub­lic qui man­i­feste un besoin de réas­sur­ance.

Enfin décou­vrez l’opinion des Français en cas d’annulation, sur les prix des bil­lets demain, le bud­get alloué à leur diver­tisse­ments, l’avenir (ou non) de la dig­i­tal­i­sa­tion des événe­ments.

À qui s’adresse cette étude ?

Vous avez été les pre­miers à être touchés par cette crise, et vous serez cer­taine­ment les derniers à repren­dre une activ­ité « nor­male ».

Le retour du pub­lic dans ces rassem­ble­ments est donc un enjeu majeur pour VOUS, mais aus­si plus large­ment pour l’activité économique de la France, tant la cul­ture, le sport et les loisirs peu­vent et doivent jouer un rôle de catal­y­seurs dans cette reprise.

Recevoir l’étude par e‑mail

Com­plétez le for­mu­laire pour recevoir l’é­tude par e‑mail et pré­par­er la péri­ode post-con­fine­ment pour vos événe­ments.

Cette enquête a été réal­isée du 18 au 20 mai 2020 sur 1017 indi­vidus représen­tat­ifs par quo­tas, pen­dant la 1ère phase de décon­fine­ment et avant que le Pre­mier Min­istre ne présente son plan pour la 2ème phase.

  • des Français ressen­tent un manque quant à la pra­tique d’activités de diver­tisse­ment suite au con­fine­ment.

  • des Français comptent main­tenir ou aug­menter leur bud­get alloué aux diver­tisse­ments.

  • des Français atten­dent de pou­voir vivre les événe­ments dans des con­di­tions iden­tiques à l’avant-crise.