Le Cashless, kézako ?

Le Cashless, kézako ?

Le terme “cash­less” est un mot valise qui, traduit de l’anglais, veut lit­térale­ment dire “sans espèces”. Mais c’est un con­cept bien plus large en réal­ité !

Vous l’ignorez peut-être mais le cash­less ne date pas d’hier. A la fin des années 50, le Club Med lançait son pro­pre sys­tème de paiement, le “col­lier-bar”. Com­posé de boules de couleurs dif­férentes (cor­re­spon­dant à dif­férentes valeurs), ce col­lier per­me­t­tait de pay­er dans les points de vente de ses vil­lages vacances.
L’objectif ? Ren­dre plus facile et plus ludique le paiement, tout en réduisant la cir­cu­la­tion des espèces dans ses com­plex­es hôte­liers. Les vacanciers pou­vaient alors régler leurs achats, même s’ils étaient en train de se baign­er et surtout sans avoir à sor­tir leur porte­feuille. Un con­cept pra­tique, et amu­sant à la fois !

UNE SOLUTION DE PAIEMENT DÉMATÉRIALISÉ

Nous pou­vons dis­tinguer trois types de dis­posi­tifs en lien avec le cash­less : La mise en place de ter­minaux de paiement élec­tron­iques (TPE) : Les cartes ban­caires tra­di­tion­nelles et sans con­tact sont effec­tive­ment des moyens de pay­er sans espèces, et sont main­tenant accep­tées sur la majorité des événe­ments. Il est main­tenant pos­si­ble de régler avec son smart­phone, via Apple­Pay ou Google Wal­let, sur ce type de ter­mi­nal. Selon cette déf­i­ni­tion le cash­less est partout !

La mise en place d’une mon­naie pri­v­a­tive : Très à la mode à la fin des années 2000, les tokens ou tick­ets bois­son ont per­mis d’apporter une pre­mière réponse aux prob­lé­ma­tiques liées au comp­tage des espèces et à la sécuri­sa­tion des flux d’argent.

La mise en place d’une mon­naie pri­v­a­tive, via du paiement NFC : Rel­a­tive­ment proche des tokens dans son fonc­tion­nement pour le pub­lic (ban­ques d’échange), la mise en place du NFC apporte surtout la notion de dématéri­al­i­sa­tion de la mon­naie interne et per­met de mul­ti­ples usages online (suivi des con­som­ma­tions en temps réel, recharge­ments en ligne).

BIEN PLUS QU’UNE MONNAIE DÉMATÉRIALISÉE

Met­tre en place le cash­less sur un événe­ment, c’est bien plus que créer une mon­naie et installer un moyen de paiement ludique.De part sa dimen­sion tech­nologique, le dis­posi­tif cash­less NFC est aus­si un pré­texte à l’introduction de caiss­es enreg­istreuses sur les points de vente de l’événe­ment. Une vraie révo­lu­tion ! Avant le cash­less, les événe­ments devaient déploy­er des cen­taines de caiss­es avec des espèces (sou­vent en bois ou dans des boîtes en plas­tique) et des dizaines de TPE. Le ramas­sage des espèces était opéré par des “con­voyeurs” pour lim­iter les risques de vols… Sans compter qu’en plus des risques en matière de sécu­rité, cette ges­tion de l’argent était très impré­cise et ne per­me­t­tait pas de suiv­re cor­recte­ment les ventes.

Mal nom­mé, le cash­less est davan­tage le début d’un écosys­tème dig­i­tal qu’un sim­ple sys­tème de paiement. Car, voir le cash­less unique­ment sous le prisme du paiement dématéri­al­isé est aujourd’hui bien réduc­teur au regard des nom­breux usages qu’offre la tech­nolo­gie NFC.

A la manière du col­lier Club Med, le cash­less est aus­si un dis­posi­tif de com­mu­ni­ca­tion. La créa­tion d’une mon­naie pri­v­a­tive per­met de ren­forcer le sen­ti­ment d’appartenance du pub­lic et créer de nou­veaux temps de com­mu­ni­ca­tion.

Nous vous par­lerons dans un prochain arti­cle des fac­teurs d’un déploiement réus­si !

Pour aller plus loin et tout savoir du cash­less, téléchargez gra­tu­ite­ment notre livre blanc ici.

Partager cet article