Organiser un atelier pour enfants : 5 choses à savoir

Organiser un atelier pour enfants : 5 choses à savoir

À l’école, à la mai­son, en cen­tre de loisirs ou de vacances, les enfants ont tou­jours besoin d’activités de décou­verte. Organ­is­er un ate­lier pour enfants est un bon moyen de les faire s’amuser et appren­dre tout en util­isant leur énergie débor­dante. En appli­quant ces 5 astuces, accom­pa­g­nez-les et faites-leur pass­er un moment qu’ils ne sont pas prêts d’oublier.

Som­maire

  1. Choisir un thème
  2. Respecter la loi
  3. Com­mu­ni­quer stratégique­ment
  4. Faciliter les inscrip­tions
  5. Engager les bons ani­ma­teurs

1. Choisir un thème

Après avoir défi­ni la tranche d’âge des enfants par­tic­i­pant à l’atelier et leur nom­bre, choisir un thème est une étape cru­ciale. Il en existe une infinité, des plus clas­siques aux plus orig­in­aux, cor­re­spon­dant aux caté­gories suiv­antes : activ­ité nature, loisirs créat­ifs, arts plas­tiques, musique, théâtre. Si pos­si­ble, deman­dez aux enfants ou à leurs par­ents les activ­ités qu’ils déjà réal­isées durant les quelques mois précé­dents l’atelier. Ensuite, à vous de voir si vous voulez vous en démar­quer pour que les enfants décou­vrent de nou­velles choses, ou si vous préférez leur faire plaisir avec un thème qu’ils adorent. Si la deux­ième option est retenue, imag­inez un ate­lier qui leur ferait explor­er le thème sous d’autres angles.

2. Respecter la loi

Obligation de moyens

Lorsque vous organ­isez un ate­lier pour des enfants mineurs, vous êtes évidem­ment respon­s­ables de leur sécu­rité, et d’autant plus aux yeux de la loi. Celle-ci vous oblige à faire le néces­saire pour garan­tir la sécu­rité des enfants. Votre respon­s­abil­ité con­tractuelle civile est engagée en cas de non respect de cette oblig­a­tion.

Obligation de surveillance

À par­tir du moment où les enfants fran­chissent le pas de vos locaux, vous êtes dans l’obligation de les sur­veiller con­stam­ment avec la plus grande atten­tion. Cette oblig­a­tion n’est plus val­able lorsque les enfants sor­tent de vos locaux. Lorsqu’il s’agit d’adolescents, plus mature et plus autonomes, un cer­tain degré de lib­erté peut être accordé. Cepen­dant, il est impor­tant d’être vig­i­lant et de les respon­s­abilis­er. En cas d’incident, c’est bel et bien bien l’organisme asso­ci­atif, pub­lic, ou privé, qui est respon­s­able.

Conformité des locaux et des équipements

Des normes s’imposent aux étab­lisse­ments rece­vant du pub­lic (ERP). Soyez donc atten­tifs à l’hygiène, à l’accessibilité et à la sécu­rité des dif­férents lieux dans lesquels vous organ­isez des événe­ments.

Assurance

Tous les risques cités plus haut peu­vent être cou­verts par des assur­ances dédiées. Faites des com­para­t­ifs et cou­vrez-vous sur les risques les plus liés à votre type d’activité.

3. Communiquer stratégiquement

Nul besoin d’être un génie de la com­mu­ni­ca­tion pour attir­er un max­i­mum de par­tic­i­pants à vos ate­liers. Com­mu­niquez sim­ple­ment à des endroits stratégiques : écoles, petits com­merces, super­marchés, etc. Dis­tribuez-leur un petit stock de fly­ers ou deman­dez-leur la per­mis­sion de plac­arder quelques affich­es met­tant en avant vos ate­liers.

Les jour­naux locaux, les mairies et les groupes Face­book locaux doivent aus­si être ciblés. Ne vous lancez pas tête bais­sée en essayant d’être vis­i­ble partout, mais réfléchissez plutôt à l’efficacité de vos actions. Un mes­sage vu par peu de per­son­nes — mais qui sont sus­cep­ti­bles d’être intéressées, vaut tou­jours beau­coup plus qu’un mes­sage vu par des mil­liers de per­son­nes pas intéressées du tout.

Il est égale­ment impor­tant que chaque sup­port de com­mu­ni­ca­tion men­tionne bien les coor­don­nées pour vous con­tac­ter. Les par­ents des enfants qui par­ticiper­ont à vos ate­liers auront d’abord besoin d’être ras­surés. Gardez en tête qu’ils vous con­fient l’entière respon­s­abil­ité de ce qui est le plus impor­tant à leurs yeux.

4. Faciliter les inscriptions

Facilitez les inscrip­tions à dis­tance ! Les par­ents, avec leurs emplois du temps sur­chargés, n’auront pas for­cé­ment la pos­si­bil­ité de se déplac­er pour inscrire leurs enfants à vos ate­liers aux moments auquel vous êtes disponibles. Facilitez-leur la vie en pro­posant des inscrip­tions en ligne grâce à un out­il spé­cial­isé.

Dans votre for­mu­laire d’inscription per­son­nal­isé, vous pour­rez deman­der des infor­ma­tions essen­tielles comme le prénom et le nom de l’enfant, son âge, la per­son­ne à con­tac­ter si besoin, ses aller­gies, etc. Vous vous con­stituez ain­si une un ensem­ble d’informations qui vous aident à pré­par­er au mieux vos ate­liers.

En quelques clics, vous pou­vez aus­si pro­gram­mer des séances en fonc­tion des jours et des horaires de vos ate­liers. Les par­ents y inscrivent leurs enfants, paient le mon­tant dû si l’atelier est payant, et le tour est joué ! Vous avez toutes les cartes en main pour organ­is­er et plan­i­fi­er des ate­liers pour enfants les doigts dans le nez.

5. Engager les bons animateurs

Encadr­er et ani­mer des ate­liers pour enfants requiert des com­pé­tences bien par­ti­c­ulières. Selon leur âge, il faut adapter le nom­bre d’animateurs présents. Que ceux-ci soient bénév­oles, mem­bres d’une asso­ci­a­tion ou pro­fes­sion­nels, prenez soin de véri­fi­er leurs com­pé­tences avant de les engager.

Un entre­tien, une mise en sit­u­a­tion et une prise de con­tact avec un ancien employeur sont le min­i­mum à respecter pour être sûr de faire le bon choix. Vous devez être cer­tains que les enfants vont pou­voir s’amuser et appren­dre dans les meilleures con­di­tions pos­si­bles. Si c’est le cas, ils auront envie de revenir et en par­leront à leurs amis. Il en va de même pour les par­ents. C’est en quelque sorte un dou­ble bouche-à-oreille qui s’offre à vous.

Vous vous sen­tez fin prêts à lancer votre ate­lier ? Ils sont déjà plan­i­fiés mais il vous manque un out­il d’inscription tout-en-un sim­ple d’utilisation ? Décou­vrez toutes les fonc­tion­nal­ités de Weezevent en cli­quant sur le bou­ton ci-dessous :

Organ­is­er une expo­si­tion

Partager cet article