Comment trouver des financements pour une association ?

Comment trouver des financements pour une association ?

Une association a besoin de finan­cement pour péren­niser son activité, d’autant plus lorsqu’elle organise des événe­ments à inter­valles réguliers. Trouver des finan­ce­ments devient alors quasiment une activité à temps plein. Varier les sources de finan­cement est également crucial afin de ne pas risquer de se retrouver du jour au lendemain sans tréso­rerie.

Sommaire

  1. Les cotisa­tions et adhésions
  2. Les dons, legs et donations
  3. Le mécénat et le parrainage
  4. Les banques
  5. Le finan­cement parti­ci­patif
  6. Les événe­ments et activités lucra­tives

1. Les cotisations et adhésions

Les cotisa­tions et adhésions recueillis auprès des membres de votre association font partie de ses premières ressources de finan­cement. Il est possible de les augmenter au fil des années afin de pouvoir investir dans des projets. Il faut alors veiller à ce que les cotisants en soient informés à l’avance, et qu’ils comprennent bien à quoi va servir leur argent. Organiser une réunion d’information ou envoyer un e‑mail expli­catif vous permettra de les impliquer dans vos projets. Ils seront alors plus à même de cotiser par envie et non par défaut. Vous pouvez également démontrer que vous faites des efforts pour obtenir des finan­ce­ments par d’autres moyens — demandes de subvention, organi­sation d’événements, etc. Ainsi, vous leur faites comprendre que votre objectif n’est pas de prendre leur argent, mais d’améliorer les services rendus par l’association. Un autre point de vigilance consiste alors à modifier les statuts de l’association et son règlement.

Attention, les cotisa­tions ne sont en aucun cas un fond de réserve de votre tréso­rerie. Elles doivent corres­pondre à des dépenses bien précises et prévues dans votre budget annuel.

2. Les dons, legs et donations

Les dons, legs, et donations, qu’ils soient matériels ou finan­ciers, peuvent être réalisés par des parti­cu­liers ou bien des entre­prises. Généra­lement, ils sont les bienvenues pour lancer une association. Les dons et legs arrivent parfois à des moments impré­vi­sibles, tandis que les donations peuvent être récoltés via une campagne de commu­ni­cation et un événement bien précis.

Pour inciter aux dons, commu­niquez bien aux poten­tiels donateurs que leur action leur fera bénéficier d’une réduction d’impôts.

3. Le mécénat et le parrainage

Contactez des personnes intéressés par la mission de votre association pour leur demander d’en être le mécène ou le parrain.

Le mécénat est très intéressant, aussi bien pour l’association que pour le mécène. C’est ce qu’on appelle une action gagnant-gagnant. En effet, vous récoltez de l’argent sans avoir à verser de contre­partie ; le mécène bénéficie d’avantages fiscaux et d’une image valori­sante.

Le parrainage se rapproche du sponsoring, qui est destiné à promouvoir l’image du parrain. Vous devrez donc lui fournir en échange de la visibilité dans un lieu précis, sur votre site internet, ou sur des documents officiels.

4. Les banques

Contrai­rement à ce qu’on peut penser, une association peut demander une autori­sation de découvert excep­tion­nelle si elle en a besoin pour réguler sa tréso­rerie. Elle peut également contracter un prêt bancaire ou un crédit-bail mobilier et immobilier.

5. Le financement participatif

Le finan­cement parti­ci­patif, souvent appelé “crowd­funding”, permet de tester l’attractivité d’un projet en demandant des fonds avant son démarrage. Si les fonds recueillis sont suffi­sants, le projet va pouvoir être lancé et vous partez ainsi avec une tréso­rerie plus fournie que si vous partiez de zéro.

Pour que la campagne de crowd­funding soit une réussite, il faut déjà posséder un réseau de connais­sances assez large, parmi lesquelles des personnes seront prêtes à parti­ciper rapidement. L’objectif est alors de créer une réaction en chaîne pour convaincre des personnes hors de votre réseau de la qualité de votre projet. Généra­lement, des contre­parties sont offertes aux parti­ci­pants : goodies, premières marchan­dises produites, etc.

6. Les événements et activités lucratives

Organisez des événe­ments et des activités rentables, qui vont vous permettre de financer les projets de votre association. “Rentable” ou “lucratif” ne veut pas dire que l’argent va dans votre poche. Cela veut dire que vous vendez des produits et que vous récoltez de l’argent, mais celui-ci doit obliga­toi­rement être réinvesti. C’est une exigence légal.

Ainsi, vous pouvez organiser :

  • des ventes de gâteaux ou de goodies — t‑shirts, gourdes, casquettes ;
  • des journées de services — nettoyage de voitures, emballage de cadeaux de Noël ;
  • des événe­ments en lien avec votre mission…

Les possi­bi­lités sont infinies… à vous de trouver la bonne solution ! Laissez place à votre créativité et soyez tout de même vigilants, car la plupart de ces activités nécessite d’avoir un minimum de tréso­rerie en amont.

Financez votre association en organisant des événe­ments réussis ! Découvrez tous les avantages de nos solutions en cliquant sur le bouton ci-dessous :

Organiser un événement

Partager cet article