Rédiger un objet d’e‑mail pertinent et attractif pour votre événement

Rédiger un objet d’e‑mail pertinent et attractif pour votre événement

Il existe un certain nombre de canaux de commu­ni­cation à votre dispo­sition pour promouvoir vos événe­ments. Publicité en ligne, référen­cement, réseaux sociaux, flyers, téléphone… mais le seul qui est indis­pen­sable pour établir des relations de longue durée avec vos parti­ci­pants est l’e‑mail.

Dès lors que annoncez votre événement par e‑mail ou que vous envoyez direc­tement des invita­tions par ce canal, vous devez vous assurer que les desti­na­taires vont bien les ouvrir. Et pour augmenter vos chances, l’objet de votre e‑mail doit être bien réfléchi, car la décision du lecteur se fera en quelques secondes, parmi une dizaine d’autres e‑mails tous plus travaillés les uns que les autres.

Voici donc quelques conseils pour capter l’attention du lecteur dès le premier regard.

Sommaire

  1. Saisir l’importance de l’objet
  2. Maîtriser les essen­tiels
  3. Éviter les écueils évidents

1. Saisir l’importance de l’objet

L’importance de l’objet

C’est statis­ti­quement prouvé, 33% des desti­na­taires décident d’ouvrir ou non un e‑mail en se basant uniquement sur son objet.

Habituel­lement, une personne lit 700 mots par minute, tandis que la longueur d’un d’objet d’e‑mail est seulement d’environ 50 carac­tères. Cela signifie que vous n’avez que 4 secondes pour engager votre lecteur. 4 secondes… pour proposer une offre attrayante et perti­nente.

Tenez compte de votre public

Pour tout projet d’écriture, il est important de consi­dérer d’abord le public. Les objets d’e‑mails d’invi­tation aux événe­ments ne font pas exception. Qu’est-ce qui intéresse vos desti­na­taires ? Que vont-ils comprendre à votre objet ? Va-t-il les toucher et les inciter à ouvrir l’e‑mail pour le lire ?

Définissez votre ton d’écriture

Un lecteur a toujours plus envie d’ouvrir un e‑mail lorsque l’objet est rédigé avec une patte originale. S’il se dit “encore un e‑mail de pub” en recevant votre e‑mail, vous avez perdu.

Si vous choisissez atten­ti­vement vos mots pour composer votre objet, vous augmentez vos chances de réussir.

Pourquoi envoyez-vous cet e‑mail ?

Ce n’est pas le bon moment pour être mysté­rieux. Vous devez être clair à 100 % sur votre objectif et faire savoir exactement aux clients ce qu’ils vont ouvrir. Tout est dans la pré-ci-sion !

2. Maîtriser les essentiels

Insérez le nom du destinataire

Une personne est toujours flattée lorsqu’elle lit son nom quelque part. Cela ne change pas lorsqu’il s’agit d’un e‑mail, même si elle sait bien que ce n’est pas forcément un humain qui a écrit son prénom lettre par lettre sur son clavier.

Attirez avec des verbes d’action

Donnez envie de cliquer à vos lecteurs en ajoutant un verbe d’appel à l’action au début de votre objet.

Faites en sorte que vos destinataires se sentent privilégiés

Deux exemples illus­trant cela suffisent à comprendre ce qui donne envie d’ouvrir l’e‑mail :

  • «Une offre pour vous, parti­cipant fidèle de notre événement».
  • «Invitation pour la soirée privée du 22 mai”

Donnez des chiffres

Les chiffres parlent, ils permettent d’évaluer, d’imaginer de futurs bénéfices et de voir la situation dans son ensemble. C’est une bonne pratique que d’uti­liser des chiffres dans les objets d’e‑mails. Utilisez-les avec parci­monie, et à bon escient !

Testez plusieurs variantes

Vous ne pouvez pas vous fier à vos propres prédic­tions. Une bonne façon de tester des objets d’e‑mail est de choisir deux variables vraiment diffé­rentes.  Jouez avec tous les éléments à votre dispo­sition : valeur, longueur, ton, contenu.…

Montrez ces deux versions à deux publics de taille similaire, et analysez laquelle a donné les meilleurs résultats.

3. Éviter les écueils évidents

Pas de fausses promesses…

Personne n’aime les menteurs. N’essayez surtout pas de faire ouvrir un e‑mail à vos desti­na­taires en utilisant de fausses promesses dans un objet. Les promesses non tenues ont des consé­quences. Elle font peut-être augmenter le taux d’ouverture, mais également le taux de désabon­nement à vos campagnes d’e‑mails. Est-ce vraiment l’effet recherché ?

… ni trop d’extravagance

Majus­cules, ponctua­tions, ou jeux de mots doivent être soigneu­sement dosés. Ils n’apportent bien souvent pas grand chose et ressemblent à première vue aux e‑mails de spamming.

Attention à la longueur

Les objet d’e‑mails sont coupés dans les boîtes de réception lorsqu’ils sont trop longs, en parti­culier sur les smart­phones. Ne dépassez donc pas les 50 carac­tères.

Fini les fautes

Les desti­na­taires ne feront pas confiance à un événement qui envoie des e‑mails avec des objets contenant des fautes d’orthographe ou de grammaire. Faites-vous relire par au moins deux personnes.

Avant d’en terminer, voici 4 exemples d’objets d’e‑mails perti­nents et attractifs pour des événe­ments :

  • Atelier gratuit : 3 stratégies marketing gagnantes
  • Votre invitation à la Fête des voisins de Pigalle
  • Plus que 24h pour s’inscrire à nos cours de yoga
  • Lundi 23 : rencontre anglo­phone au Jardin des Plantes

En plus des objets d’e‑mails, le ciblage et la segmen­tation de vos campagnes est indis­pen­sable pour leur réussite. Notre outil de Marketing et CRM, WeezTarget, vous offre cette possi­bilité. Écrivez-nous en cliquant sur le bouton ci-dessous pour obtenir la version beta de WeezTarget dès maintenant :

Nous écrire

Découvrez également toutes les fonction­na­lités de nos solutions de billet­terie et inscription en ligne, de contrôle d’accès et de cashless, toutes spécia­lement conçues pour que vous en appreniez plus sur vos parti­ci­pants et visiez ainsi la réussite de vos événe­ments :

Organiser un événement

Partager cet article