Le cashless en 15 chiffres clés

Le cashless en 15 chiffres clés

Fort de 3 ans de déploiement cash­less dans plus de 200 fes­ti­vals et événe­ments , Weezevent a réal­isé un retour d’expérience et en a ressor­ti pour vous les 15 chiffres clés du cash­less.

Une étude qui fini­ra par vous con­va­in­cre que le cash­less n’est cer­taine­ment pas un effet de mode et qu’il est l’heure de saisir les oppor­tu­nités que cette solu­tion offre !


CONSTAT N°1 : Une adoption favorable de la part des participants

Le mon­tant moyen de recharge­ment est passé de 35$ en 2016 à 42$ en 2017. A not­er : le mon­tant des opéra­tions de recharge­ment en ligne est générale­ment 20$ plus élevé que ceux effec­tués sur place.

20% des bil­lets achetés en ligne sont accom­pa­g­nés d’un recharge­ment cash­less. Un taux qui peut mon­ter jusqu’à 40% sur cer­tains événe­ments ! Une pra­tique qui ren­force le pou­voir d’achat ressen­ti des par­tic­i­pants (une recharge de quelques dol­lars effec­tuée lors de l’achat des bil­lets plusieurs mois en amont, est déjà absorbée le jour de l’événe­ment, accor­dant ain­si plus de moyens aux vis­i­teurs pour con­som­mer sur place).

CONSTAT N°2 : Une meilleure expérience festivaliers comme organisateurs

Les serveurs sont moins nom­breux et l’on compte en moyenne 120 com­man­des par heure/vendeur soit 30sec le traite­ment de la com­mande au max­i­mum, de quoi prof­iter de l’événement !

22$ de dépens­es en moyenne par participant/jour, avec cer­ti­tude le cash­less favorise la con­som­ma­tion par sa rapid­ité d’utilisation. Ce mon­tant peut attein­dre 32$ sur cer­tains événe­ments. Et 6% du CA reste non réclamé après les rem­bourse­ments, un chiffre sta­ble depuis trois ans.

On compte 60 recharges à l’heure/caissier. Un chiffre qui a ten­dance à baiss­er car la part du recharge­ment en ligne ne cesse d’aug­menter (80% des recharge­ment en ligne se font à par­tir de J‑3). Les par­tic­i­pants ont com­pris que la recharge en ligne per­met d’éviter le pas­sage en caisse et donc l’at­tente.

CONSTAT N°3 : Un outil d’optimisation de l’organisation

65% des organ­isa­teurs ont opté pour le bracelet NFC plus pra­tique et désor­mais inté­gré dans les usages (con­tre 60% qui avaient favorisé la carte NFC en 2016). A not­er que les cartes restent plébisc­itées dans les struc­tures équipées à l’année car plus résis­tante dans le temps et pou­vant être des cartes abon­nés per­me­t­tant une fonc­tion paiement.

68% des sup­ports cash­less ont été remis pré-chargés dès l’en­trée de l’événe­ment. Plusieurs modes de remise des sup­ports NFC sont pos­si­bles mais la majorité des événe­ments favorise l’ap­pairage aux entrée, à la clés : flu­id­i­fi­er l’ex­péri­ence par­tic­i­pant en réduisant leur temps d’at­tente.

CONSTAT N°4 : Une solution pleine de promesses

44% des événe­ments ont ajouté le logo d’un spon­sor ou d’un parte­naire sur leurs sup­ports NFC. Et 16% les ont inté­grés dans leur dis­posi­tif cash­less (acti­va­tion de mar­ques, paiement mobile, …).

Des dis­posi­tifs qui prou­vent que le cash­less est un vrai moteur d’innovation. C’est vers ces enjeux d’activation de mar­ques, de créa­tion d’interactions que le développe­ment se fait pour les prochaines années.

Ça ne fait que com­mencer et on a hâte de voir la suite !

 

Vous pou­vez télécharg­er cette info­gra­phie au for­mat JPG.

 

Vous aus­si, faîtes l’ex­péri­ence du Cash­less avec Weezevent en cli­quant ci-dessous :

En savoir plus

Partager cet article