Le cashless en 15 chiffres clés

Le cashless en 15 chiffres clés

Fort de 3 ans de déploie­ment cash­less dans plus de 200 fes­ti­vals et évé­ne­ments , Wee­zevent a réa­li­sé un retour d’expérience et en a res­sor­ti pour vous les 15 chiffres clés du cash­less.

Une étude qui fini­ra par vous convaincre que le cash­less n’est cer­tai­ne­ment pas un effet de mode et qu’il est l’heure de sai­sir les oppor­tu­ni­tés que cette solu­tion offre !


CONSTAT N°1 : Une adoption favorable de la part des participants

Le mon­tant moyen de rechar­ge­ment est pas­sé de 35$ en 2016 à 42$ en 2017. A noter : le mon­tant des opé­ra­tions de rechar­ge­ment en ligne est géné­ra­le­ment 20$ plus éle­vé que ceux effec­tués sur place.

20% des billets ache­tés en ligne sont accom­pa­gnés d’un rechar­ge­ment cash­less. Un taux qui peut mon­ter jusqu’à 40% sur cer­tains évé­ne­ments ! Une pra­tique qui ren­force le pou­voir d’achat res­sen­ti des par­ti­ci­pants (une recharge de quelques dol­lars effec­tuée lors de l’achat des billets plu­sieurs mois en amont, est déjà absor­bée le jour de l’événement, accor­dant ain­si plus de moyens aux visi­teurs pour consom­mer sur place).

CONSTAT N°2 : Une meilleure expérience festivaliers comme organisateurs

Les ser­veurs sont moins nom­breux et l’on compte en moyenne 120 com­mandes par heure/vendeur soit 30sec le trai­te­ment de la com­mande au maxi­mum, de quoi pro­fi­ter de l’événement !

22$ de dépenses en moyenne par participant/jour, avec cer­ti­tude le cash­less favo­rise la consom­ma­tion par sa rapi­di­té d’utilisation. Ce mon­tant peut atteindre 32$ sur cer­tains évé­ne­ments. Et 6% du CA reste non récla­mé après les rem­bour­se­ments, un chiffre stable depuis trois ans.

On compte 60 recharges à l’heure/caissier. Un chiffre qui a ten­dance à bais­ser car la part du rechar­ge­ment en ligne ne cesse d’augmenter (80% des rechar­ge­ment en ligne se font à par­tir de J-3). Les par­ti­ci­pants ont com­pris que la recharge en ligne per­met d’éviter le pas­sage en caisse et donc l’attente.

CONSTAT N°3 : Un outil d’optimisation de l’organisation

65% des orga­ni­sa­teurs ont opté pour le bra­ce­let NFC plus pra­tique et désor­mais inté­gré dans les usages (contre 60% qui avaient favo­ri­sé la carte NFC en 2016). A noter que les cartes res­tent plé­bis­ci­tées dans les struc­tures équi­pées à l’année car plus résis­tante dans le temps et pou­vant être des cartes abon­nés per­met­tant une fonc­tion paie­ment.

68% des sup­ports cash­less ont été remis pré-char­gés dès l’entrée de l’événement. Plu­sieurs modes de remise des sup­ports NFC sont pos­sibles mais la majo­ri­té des évé­ne­ments favo­rise l’appairage aux entrée, à la clés : flui­di­fier l’expérience par­ti­ci­pant en rédui­sant leur temps d’attente.

CONSTAT N°4 : Une solution pleine de promesses

44% des évé­ne­ments ont ajou­té le logo d’un spon­sor ou d’un par­te­naire sur leurs sup­ports NFC. Et 16% les ont inté­grés dans leur dis­po­si­tif cash­less (acti­va­tion de marques, paie­ment mobile, …).

Des dis­po­si­tifs qui prouvent que le cash­less est un vrai moteur d’innovation. C’est vers ces enjeux d’activation de marques, de créa­tion d’interactions que le déve­lop­pe­ment se fait pour les pro­chaines années.

Ça ne fait que com­men­cer et on a hâte de voir la suite !

 

Vous pou­vez télé­char­ger cette info­gra­phie au for­mat JPG.

Partager cet article