Weezevent met les spectacles en ligne

Weezevent met les spectacles en ligne

Start-up. Le succès d’Event Brite, créateur d’un logiciel de billet­terie en ligne aux Etats-unis (10 millions de tickets par an) a inspiré les trois fonda­teurs de Weezevent à Dijon.

Trois ans après, Pierre-Henri Deballon, Yann Pagès et Sébastien Tonglet dopent les fonds propres de leur société. Objectif : se développer en Europe (contacts en cours en Suisse et en Espagne) et renforcer les capacités techniques de leur plate­forme de gestion des billets en ligne, avec notamment une appli­cation pour l’I Phone.

La SAS au capital de 50 000 euros s’appuie sur le spécia­liste de la levée de fonds Chausson Finances, pour trouver des capitaux-risqueurs à hauteur d’un million d’euros. À moins qu’elle ne fasse rentrer dans son capital un géant de la billet­terie. En l’occurrence, la Fnac. À suivre d’ici le printemps 2011.

Toute l’originalité de Weezevent réside dans la possi­bilité donnée à tout organi­sateur d’événements de gérer sa billet­terie en ligne. Le logiciel acces­sible sur le site de l’entreprise permet même au plus ignorant en infor­ma­tique de fabriquer le billet de l’événement qu’il organise, puis de le vendre depuis son site internet ou celui d’un réseau social. Les acheteurs paient par carte bleue. Weezevent prend au passage sa commission de 2,5%.

« Nous remettons la commer­cia­li­sation au cœur du métier de producteur de spectacles qui se délestait sur les réseaux de distri­bution classique. Il a ainsi une vision réelle de son public et peut se constituer un fichier de clients », expose Pierre-Henri Deballon.

La facilité d’utilisation séduit les organi­sa­teurs d’événements de tout poil : étudiants pour leurs soirées, troupes locales de théâtre, clubs sportifs, mais aussi organi­sa­teurs de salons, de confé­rences, d’expositions et de festivals.

Aujourd’hui, Weezevent a vendu 150 000 billets avec une moyenne de 80–85 billets par client.

C’est une affaire qui marche : environ 3 millions d’euros de chiffre d’affaires, recettes des événé­ments incluses, reversées aux organi­sa­teurs tous les 15 jours.

Elle emploie 6 personnes et projette d’embaucher des techni­ciens de l’informatique.

Journa­listes : Chris­tiane Perruchot pour le site http://www.tracesecritesnews.fr/

Partager cet article