Record de ventes pour l’e‑commerce : + 28%

Les chiffres établis par le baromètre Fevad (1)/Directpanel auprès d’un échantillon représentatif de 900 personnes sont en corrélation avec ceux de l’Association pour le commerce et les services en ligne (Acsel). Selon cette dernière, 6,6 milliards d’euros auraient été dépensés sur le quatrième  trimestre pris dans son intégralité. Soit une augmentation de 28 % sur les trois derniers mois de l’année en un an. Pourtant, certains indicateurs sont à la baisse mais la billetterie n’est pas en reste. Revue de détails.

- Le nombre de consommateurs dépensant entre 500 et 600 euros pour un cadeau connaît aussi une hausse. 2,7 % d’entre eux ont réalisé un achat de ce montant. En 2008, ils n’étaient que 0,7 %.

- 3,3 cadeaux en moyenne ont été achetés en ligne.

- Les achats restent très classiques. Les consommateurs ont plébiscité les produits culturels. CD et DVD sont toujours très prisés et représentent 27 % des emplettes faites pour Noël. Viennent ensuite les livres (24,5 %). « Avec 23 millions de personnes achetant sur Internet, on perd le comportement des “early adopters” pour se rapprocher des modes de consommation classiques des grandes masses », analyse Marc Lollivier. Il faut cependant noter cette année les bons résultats des jouets, qui passent devant le secteur du vêtement (14 %). » Les jeux figurent en bonne position (19,5 %), devant les produits photo et vidéo (13 %). Petite nouveauté, la billetterie a concentré 10 % des achats.

- Les produits high-tech prisés des Français : les baladeurs MP4/vidéo, les écrans plats, les netbooks et les smartphones. Les produits technologiques représentent 45,1 % des achats répartis comme suit : jeux vidéo/logiciels/DR-Rom, 13,8 % ; produits photo/vidéo (téléviseur, lecteur DVD), 13,1 % ; produits informatiques (ordinateur, imprimante), 10,4 % ; produit hi-fi (lecteur MP3, lecteur de CD, téléchargement), 7,8 %.

- 9 internautes sur 10 sont satisfaits de leurs achats en ligne.

- L’équipement reste le frein principal au développement de l’e-commerce. « En France, seuls 62 % des foyers sont connectés, ce qui laisse une marge de manœuvre importante. En Grande-Bretagne et en Allemagne, le taux d’équipement de 70 % est dépassé depuis plusieurs années, remarque le délégué général de la Fevad. On trouve de tout sur Internet, ce qui n’était pas vrai hier. Quelques secteurs, comme la vente de lunettes, sont peu développés en ligne pour des raisons de réglementations. Celles-ci doivent être adaptées à ce nouveau canal de distribution qu’est Internet. »

(1) Fédération de l’e-commerce et de la vente à distance.

Source : www.01net.com

Partager cet article