Le système de billetterie en cause dans la grève des salariés de la tour Eiffel

GREVE / La Tour Eif­fel est fer­mée mer­cre­di en rai­son d’un mou­ve­ment de grève recon­duc­tible de ses per­son­nels qui « se plaignent depuis plu­sieurs mois du malaise au sein de la socié­té » d’exploitation (Sete), a-t-on appris de sources syn­di­cales, confir­mées par la Sete.

« Suite au pré­avis de grève dépo­sé le 8 décembre der­nier et suite à l’échec des négo­cia­tions préa­lables, les sala­riés ont voté un arrêt de tra­vail pour une durée indé­ter­mi­née », ont annon­cé mer­cre­di la CGT et FO dans un com­mu­ni­qué com­mun.

Selon elles, « les sala­riés se plaignent à la direc­tion depuis des mois du malaise per­sis­tant au sein de la socié­té ».

Les syn­di­cats sont mobi­li­sés contre « des pres­sions psy­cho­lo­giques, une poli­tique mana­gé­riale anxio­gène et une direc­tion sourde aux plaintes des sala­riés ».

« Une conduite non maî­tri­sée des grands pro­jets a for­te­ment dégra­dé les condi­tions de tra­vail », affirment la CGT et FO, citant « la concep­tion même du nou­veau logi­ciel de billet­te­rie qui ne per­met pas un sui­vi effi­cace et rapide des opé­ra­tions ».

Contac­tée par l’AFP, la socié­té d’exploitation de la Tour Eif­fel a confir­mé la grève et pré­ci­sé que la Tour était fer­mée pour toute la jour­née.

Selon elle, il s’agit d”  »un mou­ve­ment de soli­da­ri­té après la mise à pied à titre conser­va­toire d’un chef de ser­vice » qui est visé par « une pro­cé­dure dis­ci­pli­naire ».

Source : AFP via google.com et Twit­ter via @scarabee05

Partager cet article