Le commerce à portée de main

Depuis plusieurs années, le e‑commerce ou com­merce par inter­net s’est instal­lé dans les habi­tudes de con­som­ma­tion des Français. Sites de voy­ages, vente de vête­ments en ligne s’enrichissent tant dans leur offre que dans leur présen­ta­tion. Avec l’arrivée des smart­phones, le com­merce mobile se met pro­gres­sive­ment en place. Expli­ca­tions

On a encore du mal à imag­in­er les change­ments qui se pro­fi­lent avec l’expansion d’Internet sur les télé­phones porta­bles. Des con­nex­ions plus per­for­mantes, des développe­ments nom­breux et sophis­tiqués lais­sent à penser qu’une nou­velle “révo­lu­tion” est en marche. D’ailleurs, cer­tains pays comme le Japon ont à leur dis­po­si­tion des télé­phones “pucés” qui per­me­t­tent aux usagers d’acheter ou de réserv­er directe­ment depuis leur portable. Les achats mobiles représen­tent déjà 20 % des trans­ac­tions élec­tron­iques dans ce pays. Même si la France n’en est pas encore là, les développe­ments pour smart­phones, par­fois anec­do­tiques, aug­mentent déjà con­sid­érable­ment.
Comme d’autres régions, Lille Métro­pole s’est investie dans ces tech­nolo­gies mobiles qui ne con­cer­nent pas exclu­sive­ment la télé­phonie. Des struc­tures comme le CITC EuraRFID par­ticipent active­ment à l’essor des tech­nolo­gies dites “sans con­tact” qui favorisent l’intelligence ambiante ; enten­dez la pos­si­bil­ité pour les objets d’inter-réagir avec leur envi­ron­nement (affich­es qui déclenchent l’information sur le mobile automa­tique­ment par exem­ple).

L’essor du mul­ti­canal
Si les smart­phones pos­sè­dent désor­mais des con­nex­ions Inter­net rapi­des qui per­me­t­tent tous les types de nav­i­ga­tion, ils sont en général dotés d’un appareil pho­to qui peut détecter les codes bar­res d’un pro­duit pour en affich­er les car­ac­téris­tiques. Pho­ceis, petite société basée à Chéreng, mon­tée par Julien Saumande, diplômé de l’Ecole cen­trale, développe des solu­tions qui utilisent toutes les pos­si­bil­ités des smart­phones : géolo­cal­i­sa­tion d’un mag­a­sin, paiement en ligne facil­ité… Surtout, elle est con­sciente que les ter­minaux mobiles néces­si­tent une ergonomie par­ti­c­ulière, tant la manip­u­la­tion sur un télé­phone peut vite s’avérer éprou­vante (rem­plir un for­mu­laire en ligne par exem­ple). Jusqu’alors, les ser­vices Inter­net n’étaient pas vrai­ment conçus pour s’afficher de manière opti­male sur les porta­bles. Avec l’avènement du mcom­merce dont le marché est promis à un bel avenir, les solu­tions se sont automa­tisées pour lim­iter au max­i­mum les manip­u­la­tions sur le portable, aug­menter la con­vivi­al­ité et réduire les temps de charge­ment. Déjà remar­quée pour sa solu­tion Tick­et­Pock­et, appli­ca­tion de bil­let­terie en ligne qui per­met de localis­er un lieu de spec­ta­cle, de voir ce qui s’y joue et d’acheter un tick­et d’entrée, Pho­ceis s’est lancée dans une solu­tion de com­merce mobile : Jaay com­merce. Avec cette plate­forme, il est facile pour un com­merçant d’é­couler ses pro­duits (fleurs, habits, etc.), d’en suiv­re la traça­bil­ité et ven­dre directe­ment avec des logi­ciels sécurisés. Le sys­tème per­met égale­ment de créer une liai­son avec une solu­tion déjà exis­tante sur le Web. Si le proces­sus est impres­sion­nant, il faut toute­fois pren­dre garde à ne pas lass­er le con­som­ma­teur avec des pub­lic­ités automa­tisées qui appa­rais­sent sur son portable à n’importe quelle occa­sion. Le même phénomène sur Inter­net est déjà très/trop répan­du.

Source : www.lillemetropole.fr

Partager cet article