La revente légale de billets d’occasion sur Internet fête ses 8 ans

Alors que les députés planchent en ce moment sur le sujet de la lutte contre le marché noir des billets, le site zePASS.com, toute première place de marché à avoir organisé la revente légale de billets sur Internet, fête ses 8 ans.

Depuis décembre 2002, les internautes peuvent acheter et revendre sur Internet leurs billets non remboursables dans un cadre organisé, structuré et surtout légal. Le site Internet zePASS.com (http://www.zepass.com) a été le tout premier site en France à organiser cette activité, en mettant à la disposition des particuliers une plate-forme dédiée à leurs reventes occasionnelles (train, concerts, matchs, loisirs).

En huit ans, l’accompagnement des internautes sur cette plate-forme a considérablement évolué. A l’origine simple support de petites annonces, zePASS.com est devenu cette année le seul site en France, spécialisé dans la revente légale de billets d’occasion, à proposer un service complet de tiers de confiance, pour encadrer et sécuriser les échanges de billets entre les internautes, avec paiement sécurisé en ligne (avec le Crédit Mutuel) et garantie de bonne fin des échanges. Cette fonctionnalité a été lancée en février 2010.

« Depuis 2002, et sans relâche au cours de nos huit ans d’existence, nous luttons, aux côtés des professionnels de la billetterie, contre le marché noir de billets. » rappelle Quentin Schaepelynck, fondateur et Président de la société ZEPASS SAS.Depuis notre création,nous interdisons ainsi formellement toute revente d’un billet plus cher que sa valeur faciale, comme l’exige déjà la loi française pour certains types de billets. ».

A noter qu’un amendement relatif à la revente de billets est en ce moment même en cours de discussion à l’Assemblée Nationale, dans le cadre du projet de loi « LOPPSI 2 » actuellement en deuxième lecture. Cet amendement prévoit de réprimer plus sévèrement les reventes de billets spéculatives, consacrant dans le même temps les solutions de revente légales et encadrées sur Internet.

Partager cet article