La revente de billets au marché noir fait de nouveau parler d’elle

La revente au marché noir de places pour les concerts des Enfoirés à Lyon en février a conduit les Restos du cœur, bénéficiaires des spectacles et confrontés à une campagne d’hiver difficile, à entamer des procédures judiciaires contre plusieurs sites.

“Des par­ti­c­uliers ten­tent de se faire du beurre sur le dos des Restos du cœur”, écrit jeu­di Le Pro­grès, qui dénonce “un marché noir indé­cent, à une péri­ode où les Restos du cœur man­quent de cinq mil­lions d’eu­ros pour pou­voir nour­rir tous les béné­fi­ci­aires.”

Les bil­lets pour cette série de sept con­certs prévus du 1er au 6 févri­er 2012, ven­dus au prix de 43, 53 ou 65 euros dans seize mag­a­sins de la région lyon­naise (voir la tar­i­fi­ca­tion), se sont écoulés le 29 novem­bre dernier en à peine trois heures, à rai­son de qua­tre tick­ets max­i­mum par acheteur, rap­pelle le quo­ti­di­en.

Depuis, dif­férents sites de vente en ligne per­me­t­tent aux par­ti­c­uliers de reven­dre leurs places. Les Restos du cœur ont noué un parte­nar­i­at avec Zepass.com, qui gère la bourse aux bil­lets offi­cielle où les tick­ets sont reven­dus stricte­ment au prix d’achat fig­u­rant sur le tick­et. Le site eBay recense égale­ment des offres de revente, au prix d’achat inscrit sur le bil­let. “eBay est extrême­ment atten­tif et retire les ventes que nous dénonçons”, assurent les Restos du cœur au Pro­grès, qui a néan­moins relevé des irrégu­lar­ités.

 

1 800 EUROS LA PLACE

Sur d’autres sites, les offres de revente de bil­lets fleuris­sent ouverte­ment à prix d’or. Les tar­ifs s’éch­e­lon­nent jeu­di entre 199 et 299 euros sur le site Starlight-europe.com. Le bil­let le plus cher est pro­posé par Viagogo.fr, avec une place en caté­gorie 1 à 1 490 euros, soit plus de 20 fois son tarif nor­mal ! Une fois ajoutés les frais de réser­va­tion, la livrai­son et la TVA, le mon­tant du bil­let avoi­sine au final les 1 800 euros, a véri­fié jeu­di l’AFP. Et la procé­dure con­traint à acheter un lot de deux places.

“Nous avons tou­jours com­bat­tu le marché noir, il se développe avec Inter­net”, ont déclaré jeu­di à l’AFP les Restos du cœur, qui, sur le site des Enfoirés, qual­i­fient ce phénomène de revente de places “à des prix exhor­bi­tants” de “prob­lème récur­rent”.

“INTERDIT PAR LA LOI”

L’as­so­ci­a­tion a con­fir­mé que des procé­dures judi­ci­aires de référé avaient été récem­ment entamées con­tre plusieurs sites. “Nous ne pou­vons pas les laiss­er faire”, a‑t-elle réa­gi, se refu­sant à com­menter plus en détail le sujet jusqu’aux déci­sions judi­ci­aires, atten­dues dans un délai de un mois env­i­ron.

“Il est inter­dit par la loi de reven­dre des bil­lets de con­cert au-delà de leur valeur nom­i­nale. Ces con­certs sont organ­isés pour aider les Restos du cœur à men­er à bien leurs actions”, peut-on lire sur le site des Enfoirés. De nou­velles places, debout, seront mis­es en vente début jan­vi­er. Chaque année, près de 80 000 spec­ta­teurs assis­tent aux con­certs des Enfoirés.

Source : Le Monde

Partager cet article