JO Londres 2012 : Les prix des billets (enfin) annoncés

On con­naît enfin les prix des tick­ets pour les JO de Lon­dres. La plu­part des bil­lets pour l’événement sportif le plus atten­du en 2012 seront ven­dus pour moins de 100 livres (soit 114 euros).

Comme pour don­ner un clin d’œil à l’année 2012, le Comité qui pré­side les JO de Lon­dres a décidé que le bil­let le moins cher serait com­mer­cial­isé à par­tir de 20,12 livres (soit 23 euros) et le plus cher, à 2012 livres (2300 euros).

Ces tick­ets don­nent aus­si accès à la céré­monie d’ouverture. Pour la fameuse finale homme du 100m, pas de sur­prise. Elle fig­ure par­mi les plus chères, puisqu’il fau­dra débours­er jusqu’à 725 livres (829 euros) pour assis­ter dans les meilleures con­di­tions à l’épreuve reine de l’athlétisme. Sans sur­prise non plus, le sésame sera moins cher pour la finale femme du 100m qui se négociera entre 50 livres (57 euros) et 450 livres (514 euros).

Les organ­isa­teurs assurent cepen­dant que 90% des bil­lets seraient ven­dus à moins de 114 euros et les deux tiers à moins de 57 euros. Notez qu’il y aura aus­si des bil­lets gratuits…pour les ama­teurs de marathon, de cyclisme sur route et de triathlon.

Par ailleurs, alors que l’ouverture des ventes n’est prévue qu’à par­tir de mars 2011, 1,7M de per­son­nes ont déjà man­i­festé leur intérêt pour acheter un bil­let. Sébastien Coe, prési­dent de Lon­don 2012 a indiqué dans la presse bri­tan­nique que le sys­tème de vente des bil­lets serait le « must » des straté­gies com­mer­ciales.

“Nous avons trois principes clairs pour notre stratégie de bil­let­terie. Un, les bil­lets doivent être abor­d­ables et acces­si­bles au plus grand nom­bre. Deux, ne pas per­dre de vue que la bil­let­terie est la plus impor­tante source de revenus pour le finance­ment de ces Jeux. Trois, tout met­tre en œuvre pour rem­plir les salles et les stades à cra­quer” a‑t-il indiqué. Non sans pré­cis­er que les jeunes de moins de 16 ans et les plus de 60 ans béné­ficieront de tar­ifs réduits, comme 125 000 écol­iers.

Source : www.quotidiendutourisme.com

Partager cet article